Plantation d’un scion de un an en racines nues.

Ce petit dessins vaut mieux qu’un long discours.


Recommandations : 

  • Pour réaliser le trous de plantation, n’hésitez-pas à utiliser un carré de bâche plastique ou un grand carton pour déposer la terre dessus. Le trou de plantation sera plus facile à reboucher car la terre ne sera pas éparpillée dans l’herbe.
  • Ne pas mélanger de fumier, compost frais à la terre.
  • En revanche l’incorporation de terreau – compost bien mur est recommandé.
  • Un sol bien décompacté (émietté) permettra aux racines de se développer plus facilement.
  • Il est conseiller d’épointer, c’est-à-dire de couper au sécateur l’extrémité des racines pour stimuler leur développement.
  • Le scion est enterré au niveau du collet, zone de transition entre le système racinaire et la tige.
  • Dans tous les cas il ne faut pas enterrer le point de greffe.
  • Mettre un tuteur est fortement conseillé.
  • Un paillage épais permet au sol de garder son humidité et limite l’apparition d’herbes concurrentes à l’arbre. Le broyat de bois est idéal. La paille favorise les mulots.
  • Le collet ne doit pas être en contact avec le paillage. Durant les premières année de l’arbre, il faut s’assurer qu’il est bien dégagé.

Sol très humide : 

  • Mieux vaut attendre que le sol se ressuie pour planter.
  • Dans le cas de sols hydromorphes (naturellement gorgés d’eau toute l’année) il est parfois possible de surélever la plantation en faisant une butte de terre. Cela ne dispense pas un décompactage en profondeur du sol qui peut être fait d’août à septembre (période sèche) pour une plantation durant l’hiver.